Arrêter ses règles : est-ce possible ou non ?

Serait-il biologiquement mauvais de cesser d’avoir ses menstruations ? Question récurrente ! Historiquement, les menstruations ont toujours été considérées comme un sujet tabou, généralement traité à la sauvette. Cependant, avec les changements culturels des dernières décennies, les femmes commencent progressivement à parler de ce sujet avec plus de liberté. On distingue ainsi d’un côté celles les considérant comme un phénomène naturel et physiologique qui ne doit pas être considéré comme un problème. Et de l’autre côté celles qui, si elles le pouvaient, n’auraient jamais leurs règles en raison des symptômes souvent associés à cette période telle que l’œdème (gonflement), les crampes, les maux de tête et l’irritabilité.

Mais serait-il biologiquement mauvais d’arrêter les menstruations ?

Selon certains gynécologues et obstétriciens, non. L’idée que l’arrêt des menstruations soit néfaste vient en fait des générations précédentes. Ces dernières pensaient que les menstruations étaient quelque chose d’important fonctionnant comme une sorte de nettoyage pour l’organisme. Mais il faut comprendre que le corps d’une femme n’est pas fait pour avoir des règles, mais pour devenir enceinte. Concrètement, les menstruations ne servent qu’à montrer que la femme n’est pas tombée enceinte ce mois-là.

Les règles ne sont rien d’autre qu’un signe physiologique indiquant que la femme a accompli le cycle préparatoire pour une grossesse, qui n’a pas eu lieu. Chaque mois, l’utérus se prépare à recevoir un embryon. Lorsque cela ne se produit pas, l’endomètre (tissu recouvrant l’organe) se détache et sera expulsé avec le sang des menstruations.

Quelle solution pour arrêter les menstruations ?

L’interruption des menstruations implique l’utilisation d’hormones exogènes (externes), telles que celles contenues dans les pilules contraceptives. Elles interfèrent avec la production d’œstrogènes et de progestatifs qui sont les hormones féminines produites pendant le cycle menstruel.

De nos jours, lorsque certaines femmes veulent arrêter leurs menstruations, généralement à cause d’un événement social (voyage par exemple), elles modifient un comprimé de pilule contraceptive. Il n’y a aucun problème, tant que la femme demande l’avis d’un gynécologue, selon les médecins.

Par ailleurs, l’arrêt des menstruations peut être une option pour certaines femmes. Il y a même des problèmes de santé où il est essentiel d’arrêter les règles. L’endométriose, la drépanocytose, les kystes ovariens, les myomes et le syndrome prémenstruel sont quelques exemples de maladies qui peuvent nécessiter une interruption indéfinie des menstruations.

Outre les contraceptifs oraux, il existe d’autres moyens d’arrêter les menstruations comme le stérilet au lévonorgestrel (qui dure 5 ans), les contraceptifs injectables trimestriels et les implants contraceptifs sous-cutanés (qui durent 3 ans). Dans tous les cas, la consultation d’un gynécologue s’avère nécessaire pour connaître la contraception adaptée.

La décision d’arrêter les menstruations nécessite une attention médicale

Avant toute décision, il est important de discuter des implications du choix de stopper les menstruations d’ailleurs, cela permet de mieux connaître son propre organisme. Certains endocrinologues expliquent qu’avant de prendre une pilule simplement parce qu’un ami l’a recommandée, il est nécessaire de parler à un spécialiste.

Comme tous les médicaments, les pilules contraceptives peuvent avoir des effets indésirables, car elles contiennent des hormones artificielles dont la fonction consiste à modifier les périodes ovulatoires et menstruelles. Le temps d’adaptation au médicament peut durer de 3 à 6 mois. Certaines femmes peuvent présenter des maux de tête, de l’irritabilité, de l’anxiété et des nausées, ainsi que des saignements mineurs (saignements intermenstruels, également appelés fuite).

Précautions à connaître

Selon le type d’hormone, la dose utilisée et le moment de l’utilisation, l’interruption de la production d’hormones peut devenir définitive, entraînant la stérilité. C’est qu’on appelle l’hypogonadisme c’est-à-dire l’absence de production spontanée d’hormones féminines. De plus, ce phénomène augmente le risque de développer une thrombose et un cancer du sein.

Lorsque vous envisagez d’arrêter vos menstruations, il est important de comprendre deux choses à savoir chaque médicament produit des effets indésirables. Aussi, chaque méthode possède ses propres avantages et inconvénients dont il faudra discuter avec un médecin. Il doit évaluer les risques potentiels au cas par cas.

La plupart des médecins consultés s’accordent à dire que le plus important c’est de guider les femmes sur le fonctionnement de leur corps et sur la manière de gérer leur cycle menstruel. La consultation peut inclure des médicaments ou non, mais elle servira avant tout à aider la patiente lors du choix de la contraception qui leur convient le mieux.

6 curiosités sur le pilates que vous ne connaissiez pas
Pilates / fitness : 3 mouvements pour les débutants