Mieux appréhender la fatigue chronique et y faire face

Les cas de fatigue chronique augmentent de jour en jour. L’encéphalomyélite myalgique, ou syndrome de fatigue chronique est une maladie qui comporte plus d’inconnues que de réponses, une affection systémique et débilitante qui aspire toutes nos ressources et menace notre santé. Son influence est si puissante qu’elle peut consumer toute notre motivation, nous isolant du monde, même des personnes que nous aimons le plus.

Les personnes souffrant du syndrome de fatigue chronique affirment que le nom donné pour décrire cette réalité – si complexe – ne pourrait pas être plus simpliste et moins approprié. C’est plus que la fatigue. C’est un état qui va au-delà du simple épuisement, le système immunitaire lui-même est affaibli, il peut y avoir des pertes de mémoire, de l’hypotension, de l’irritabilité…

Un autre aspect que les patients souffrant de fatigue chronique signalent est qu’ils se sentent mis à l’écart par la communauté médicale, et la communauté scientifique en général. La vulnérabilité, le “mal-être”, l’impossibilité de trouver des traitements appropriés, ni la force de mener ses activités quotidiennes avec énergie et optimisme sont des facteurs qui consomment encore plus la personne, dans tous les sens du terme, mais surtout sur le plan psychologique.

À ce jour, l’origine de la maladie n’est même pas claire. En conséquence, elle est considérée par beaucoup comme un “fléau”, une pathologie qui nous rend moins productifs au travail, qui nous oblige à prendre des congés de maladie et nous empêche de profiter normalement des relations interpersonnelles ou du temps libre. Actuellement, les recherches concernant diverses fatigues chroniques se poursuivent. De nombreux examens sont réalisés pour la recherche des causes possibles des troubles de la fatigue chronique.

La fatigue chronique : qu’est-ce que c’est exactement ?

Il y a de la fatigue et de l’épuisement. Nous savons tous, par exemple, ce que cela signifie de s’effondrer sur le canapé après une dure journée de travail ou un effort physique particulier. En cas de fatigue chronique accentuée, il est nécessaire de consulter un spécialiste. Tout ce dont nous avons besoin, c’est d’un bon bain et de quelques heures de repos pour reprendre des forces et retrouver notre pleine forme. Eh bien, il y a des gens qui se réveillent déjà épuisés, indifférents au passage des jours et des nuits parce que leur fatigue ne passe pas, ont aussi d’autres symptômes : tous ces symptômes ont tendance à apparaître plus fréquemment chez les femmes entre 40 et 50 ans.

Il existe aussi des cas de syndrome de troubles de fatigue chronique post-infectieux. Cette maladie, la fatigue chronique post infectieux est la plus rencontrée en Afrique. De ce fait, il faut s’attendre à une épidémie de syndrome post-viral qui est aussi une grosse fatigue chronique.

Pourquoi est-ce que je souffre de fatigue chronique ?

C’est la première question du patient diagnostiqué avec le syndrome de fatigue chronique. Pourquoi moi ? Ai-je fait quelque chose de particulier ? Eh bien, tout d’abord, il faut bien comprendre qu’aujourd’hui encore, nous ne savons pas exactement quelle est la cause déterminante de cette pathologie.

Dans certaines phases, la perturbation est réduite ou disparaît complètement, sans que les raisons en soient claires. Cependant, après quelques semaines ou mois, elle se reproduit.

Il y a aussi ce qu’on appelle l’asthénie prolongée. Cette dernière est le syndrome de fatigue chronique se caractérisant par une fatigue permanente. Une personne malade est atteinte d’asthénie prolongée lorsque la fatigue est présente pendant au minimum 50 % de la journée. Asthénie signifie aussi manque de force. On parle aussi d’asthénie, lorsque la fatigue est au premier plan, et elle est accompagnée de nombreux troubles notamment des maux de gorge, une fièvre modérée, des ganglions palpables, etc.

Existe-t-il un traitement pour la fatigue chronique ?

Un facteur ressenti par les patients et les spécialistes est la facilité avec laquelle les erreurs de diagnostic sont faites. Parfois, la fatigue chronique est un symptôme d’une autre maladie psychologique, comme le trouble bipolaire. D’autres fois, cet état physique et mental débilitant est l’effet secondaire de la prise de certains médicaments.

Pour diagnostiquer le syndrome de fatigue chronique, de nombreux facteurs doivent intervenir, comme le fait de souffrir pendant plus de six mois consécutifs d’une fatigue extrême accompagnée d’insomnie, de douleurs musculaires et d’apathie.

Après avoir reçu le diagnostic qui écarte d’autres pathologies, on ne prescrit pas au patient un traitement pharmacologique, mais une révision de son alimentation : réduire la consommation d’aliments qui provoquent une inflammation et augmenter les doses de magnésium et d’acides gras omégas 3 et 6 peut être une stratégie positive.

Une fois qu’il est établi qu’il s’agit d’une maladie chronique, l’objectif est d’améliorer autant que possible la qualité de vie du patient. Des aides thérapeutiques telles que la Mindfulness ou des thérapies telles que les thérapies cognitivo-comportementales aident le patient à passer la journée de la meilleure façon possible.

Enfin, pouvoir compter sur un bon groupe de soutien pour parler et se soutenir dans les moments les plus compliqués, ainsi qu’opter pour des activités telles que le yoga, la danse, la natation ou même l’acupuncture peut nous aider à retrouver la motivation et une partie de cette énergie que cette maladie nous enlève de façon impitoyable.

4 résolutions du Nouvel An pour une meilleure santé
Savon intime : quelques conseils d’utilisation pour l’hygiène intime féminine