Quelles sont les causes des varices ? 

Les varices sont l’une des maladies les plus courantes dans le monde. Par exemple en Allemagne, entre 50 et 80 % de la population présentent des changements veineux plus ou moins importants. Cependant, plus de 50 % d’entre elles ne présentent qu’une légère varicose, qui n’est en aucun cas dangereuse, et seulement 5 à 15 % environ présentent une varicose plus grave ou très prononcée. Les femmes sont légèrement plus fréquemment touchées par les varices que les hommes. Ils sont également plus fréquemment observées à un âge plus avancé, lorsque la peau et les tissus sous-cutanés n’ont plus l’élasticité de la jeunesse, mais il y a aussi des exceptions.

Varices primaires et secondaires

Chez plus de la moitié des personnes concernées, les varices se développent sans cause identifiable, le plus souvent en raison d’une faiblesse congénitale des valvules veineuses, qui se manifeste parfois très tôt, mais souvent seulement au cours de la vie. Cela rend difficile le transport du sang des jambes vers le cœur. Dans ce cas, on parle de maladie variqueuse primaire ou de varicose primaire. Une maladie variqueuse secondaire est présente lorsque l’écoulement du sang dans le système veineux profond est entravé, par exemple par des thromboses ou par une lésion de la valve veineuse dans les veines profondes à la suite de thromboses. Cela conduit à un détournement partiel du sang vers les veines superficielles, qui sont alors surchargées et dilatées.

Les premiers stades des varices

Dans les premiers stades, même les varices du tronc ou des branches, si elles apparaissent à la surface de la jambe, ne sont apparemment qu’un problème cosmétique. Cependant, au cours de l’évolution de la maladie, des symptômes tels que des sensations de lourdeur ou de fatigue dans les jambes peuvent apparaître lentement. Au plus tard à ce stade, les varices ne sont plus seulement une tache, mais nécessitent un examen médical approfondi et, si nécessaire, un traitement. Les varices ne régressent pas d’elles-mêmes. En principe, le système veineux a pour tâche de ramener le sang, pauvre en oxygène et en nutriments, vers le cœur. Il se trouve dans la profondeur entre les faisceaux musculaires, transporte environ 90 % du sang vers le cœur. Le système veineux superficiel de la jambe, situé sous la peau, conduit le sang restant dans le système veineux profond par deux grandes veines dites tronculaires dans la région de l’aine ou du creux du genou. En outre, les jambes sont dotées de nombreuses veines de liaison, qui conduisent également une partie du sang des veines superficielles aux veines profondes.

Seule une très petite partie du travail des veines est effectuée par la puissance de pompage du cœur, principalement l’interaction des valves veineuses des veines profondes d’une part et les muscles des jambes d’autre part assurent l’écoulement du sang. Lorsque les muscles sont tendus, une pression est exercée sur les veines profondes, et comme les valvules veineuses ne permettent que le passage du sang en direction du cœur, il y a un retour progressif du sang veineux vers le cœur droit, par exemple lors de la marche. Ce processus est également complété par la respiration, car lors de l’inhalation, une pression négative est créée dans la cavité thoracique, qui aspire en outre le sang veineux vers le cœur.

Maladie primaire des varices

La cause exacte de la varicose primaire n’a pas encore été entièrement étudiée, mais son développement est certainement dû en premier lieu à une insuffisance congénitale et moins fréquemment à une insuffisance liée à l’âge des valves des veines superficielles du tronc ou des branches. En conséquence, les parois des veines se dilatent et les valves veineuses ne se ferment plus correctement. Le sang s’accumule alors dans les veines et les dilate en permanence de manière pathologique. Avec le temps, l’accumulation permanente de sang dans les jambes peut alors entraîner des plaintes correspondantes et des modifications de la peau jusqu’à une jambe ouverte.

Maladie variqueuse secondaire

La varicose secondaire est presque exclusivement causée par une perturbation du flux sanguin dans le système veineux profond à la suite d’une thrombose veineuse profonde. Dans une telle thrombose, un caillot sanguin se forme dans une veine profonde de la partie inférieure de la jambe ou de la cuisse, bloquant la veine correspondante. Une thrombose peut atteindre des proportions considérables et est alors toujours associée à un risque d’embolie pulmonaire, surtout si le diagnostic est posé trop tard ou si le traitement est inadéquat. Dans la phase précoce d’une thrombose, il n’y a pas de varices importantes. Cependant, si le caillot ne peut pas être retiré rapidement, il y a un risque d’obstruction permanente de la circulation sanguine dans les veines profondes et donc, avec le temps, de formation de varices secondaires et superficielles. Les valves des veines profondes fuient de plus en plus en raison d’une surutilisation constante, ce qui peut entraîner une perte totale de fonction. Afin de compenser la stagnation du flux sanguin, le sang cherche un autre moyen de revenir au cœur. Dans la plupart des cas, cela se fait maintenant par les veines superficielles, qui deviennent ainsi surchargées. Comme pour les varices primaires, les veines superficielles se dilatent alors aussi, les valves veineuses perdent leur fonction et le sang se consume de plus en plus. Ceux de grossesse, qui ne sont pas causées par une thrombose profonde, régressent généralement complètement quelques semaines après l’accouchement chez les patientes dont les veines sont saines.

4 résolutions du Nouvel An pour une meilleure santé
Savon intime : quelques conseils d’utilisation pour l’hygiène intime féminine