Une étude montre l’efficacité de la méditation pour les maladies intestinales

Une nouvelle étude montre l’efficacité de la méditation pour les maladies intestinales ou la relaxation réponse dans les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (ou MICI) et le syndrome du côlon irritable. Les MICI et le syndrome du côlon irritable sont des maladies très différentes. Alors que dans la CED (la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse), une inflammation sévère attaque massivement la muqueuse intestinale et entraînante des modifications visibles de sa composition. Aucune corrélation patho-morphologique ne peut être trouvée dans le syndrome du côlon irritable. Cependant, ces maladies ont en commun les mêmes symptômes comme par exemple : la diarrhée, les douleurs abdominales, les malaises et le stress (qui sont comme facteur déclenchant de l’exacerbation). Comme l’augmentation de la gravité des symptômes déclenche à son tour un stress chez les patients, une intervention visant à briser ce cercle vicieux est une approche qui promet un impact positif majeur sur les patients.

La base de l’étude sur la maladie intestinale.

Une étude pilote menée par l’Institut Benson-Henry du Massachusetts General Hospital, aux États-Unis et le Centre médical Beth Israel Deaconess est la première à étudier les effets d’une méthode corps-esprit spécifique appelée Relaxation Response sur le bien-être subjectif des patients et sur les modes d’expression de certains gènes. Les résultats des recherches entre la méditation maladie intestinale suggèrent des possibilités intéressantes pour le développement et l’introduction de ce traitement dans un groupe plus large de patients atteints de maladies gastro-intestinales, a déclaré le Dr Braden Kuo. C’est l’un des auteurs de la publication et également gastro-entérologue. D’autres études ont montré que la gestion du stress et les interventions psychologiques peuvent aider de nombreux patients atteints du syndrome du côlon irritable, même si c’est surtout à court terme. Les preuves en faveur du DEC ne sont pas aussi claires, mais certaines études ont révélé des avantages potentiels. Ce qui est nouveau dans l’étude, c’est qu’ils étudient maintenant aussi l’influence de l’intervention de l’esprit et du corps sur l’expression génétique des médiateurs inflammatoires qui jouent un rôle important dans le CED et peut-être le syndrome du côlon irritable.

La réponse de la relaxation aux troubles digestifs.

Le corps possède un système immunitaire ou un système de défense. Les attaques des microbes pour créer des maladies inflammatoires peuvent être contrées par la méditation conscience. Le terme fait référence à un état physiologique de relaxation profonde, qui peut être induit, par exemple, par la pratique du yoga, de la méditation ou de la prière. Ce phénomène a été décrit pour la première fois dans les années 1970 par le cardiologue américain Herbert Benson. Plusieurs autres études ont déjà montré que la pratique régulière de cette relaxation entraîne une réduction du stress et de l’anxiété. Cela a également un effet positif sur des facteurs objectivement mesurables tels que la pression artérielle, le rythme cardiaque et la consommation d’oxygène. Des rapports de 2008 et de 2013 ont également décrit que chez des volontaires en bonne santé, on a constaté un changement dans l’expression des gènes et les voies de signalisation qui sont importantes pour la réponse physique au stress et pour l’inflammation. Un total de 48 sujets a été examiné dans cette étude, dont 19 avec le syndrome du côlon irritable et 29 avec le diagnostic de CED. En l’espace de 9 semaines, les participants ont suivi une session hebdomadaire de formation à la relaxation réponse ou la méditation maladie intestinale. Ils ont en outre été invités à s’entraîner seuls pendant 15 à 20 minutes par jour.

Les chercheurs trouvent un soulagement significatif pour le patient qui présente les symptômes.

À la fin de la formation (de neuf semaines), les patients atteints de CED et ceux atteints du syndrome du côlon irritable ont fait état d’un soulagement significatif de leurs symptômes, de leurs anxiétés et d’une amélioration de leur qualité de vie globale. Il est intéressant de noter que les patients sont également devenus plus résistants, c’est-à-dire plus résistants à la douleur ressentie qui n’était plus aussi catastrophique qu’auparavant. Tous cela grâce à la méditation maladie intestinale. Des modifications significatives des marqueurs de l’inflammation n’ont pu être détectées dans aucun des deux groupes. Cependant, un changement dans le schéma d’expression des gènes a été observé, suggérant que la protéine NF-κB est un foyer dans les deux spectres de maladie et que sa régulation contribue aux effets du stress. Des études plus importantes et surtout contrôlées sont maintenant nécessaires pour étayer ces premiers résultats. L’étude a été publiée dans la revue PLOS ONE à la fin du mois d’avril 2015.

5 raisons de dormir nu
Sport : comment améliorer la récupération physique post-entraînement ?