Êtes-vous une personne agitée ?

Découvrez les raisons qui peuvent être à l’origine de ce malaise qui est l’agitation et découvrez comment la psychologie peut corriger ce comportement. L’agitation est synonyme de démence en raison de leurs symptômes similaires. Une personne agitée peut montrer des comportements atypiques comme des pleurs et des cris intempestifs. Cela est dû à une hyperactivité psychomotrice.

Vos pensées ne s’arrêtent pas un instant. Vous ne pouvez pas rester longtemps immobile au même endroit. Votre routine professionnelle ainsi que votre sommeil se trouvent perturbés ? Vous souffrez peut-être d’une crise d’angoisse, d’un trouble psychique ou vous avez tout simplement beaucoup d’énergie à dépenser.

Identifier un problème

Tout d’abord il faut définir l’agitation en question. Il s’agit  généralement d’un trouble du comportement mais les symptômes sont différents pour chaque personne. D’autres troubles peuvent donc survenir. L’agitation est fréquente chez les patients victimes de démence. Vivre avec une personne agitée n’est pas sans risque car le malade peut commettre un comportement violent et faire des victimes. Le malade n’est pas forcément le premier à être au courant de sa maladie. Dans le cas où garder le malade chez vous présente des risques, il est conseillé de le faire interné dans une clinique. La prise en charge permet de bénéficier des soins adéquats et vous enlève la lourde tâche de la surveillance à plein temps. Cette maladie atteint rarement les enfants, les victimes sont souvent les personnes âgées. Le cas des personnes montrant une agressivité préoccupante est considérée comme des cas d’urgence et donc l’internat est obligatoire jusqu’à ce que sa santé mentale se stabilise. Les cliniques psychiatriques sont équipées pour gérer ce genre de maladie. Un autre signe qui montre qu’une personne est agitée c’est son incapacité de verbalisation qui est due à un déséquilibre psychologique. L’intégrité physique peut aussi être touchée par un disfonctionnement de la capacité psychomotrice.

Les causes de préoccupation

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine de l’anxiété, depuis les troubles psychiques tels que l’anxiété, le trouble bipolaire, le TDAH (trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité), la maladie d’Alzheimer, la dépression, la schizophrénie jusqu’à un changement d’habitude ou l’ingestion d’une substance quelconque dans l’organisme, comme l’arrêt du tabac, l’alcoolisme, l’excès de caféine, la prise de certains médicaments, les drogues, l’énergie accumulée grâce à la nourriture, parmi bien d’autres facteurs. Ces différentes causes se traduisent par un changement  dans la vie d’une personne. Elle n’arrive pas à s’adapter à cette nouvelle situation ce qui la fait souffrir psychologiquement. La cause peut aussi être des troubles posttraumatiques.

Les soins possibles 

Il est nécessaire de découvrir les causes de l’inquiétude le plus rapidement possible, car ce comportement peut déclencher des risques plus graves, qui peuvent affecter la vie de famille mais aussi la vie sociale et professionnelle en générale. Les soins prescrits sont généralement la prise de médicaments et une suivie thérapeutique. Dans les cas plus spécifiques, il faudra faire appel à d’autres services comme les soins palliatifs. Bien que vous ne commenciez pas le traitement, vous pouvez faire certaines choses pour réduire votre agitation nocturne, par exemple, comment laisser votre environnement plus calme, avec un éclairage approprié et même un environnement sonore. Essayez de vous calmer avant de vous endormir, afin d’avoir une bonne nuit de sommeil. Dans tous les cas, une personne atteinte de démence, que ce soit une personne âgée ou un enfant, doit bénéficier d’une protection et d’une assistance autant que possible dans  son droit à l’autodétermination. Avant de prescrire un soin quelconque, un médecin doit procéder à une évaluation. Il pourra ensuit conclure l’état d’urgence potentiel et les traitements médicaux adéquats.

En cas de trouble psychique, les indications prescrites par les médecins s’adressent non seulement au malade mais également à son entourage (parents, enfants, amis proches). Ils ont pour rôle d’adopter un certain comportement face au patient. Ils doivent également apprendre à gérer les crises de violence. En effet le but est de retarder autant que possible la prise en charge dans une clinique. Il est même recommander d’embaucher un aide-soignant à domicile si possible.

Comment un psychologue peut-il aider ?

Par le biais d’un questionnaire, le psychologue évaluera vos habitudes quotidiennes et, grâce à vos réponses et à votre comportement, il identifiera si vous avez un trouble ou si vous êtes simplement dans une mauvaise phase.

À partir de cette évaluation, au cours de la thérapie, le psychologue vous donnera des outils qui vous aideront à maîtriser ce malaise chaque fois qu’il vous portera préjudice d’une manière ou d’une autre, ce qui générera beaucoup plus de productivité et une meilleure relation avec les personnes qui vous entourent. Une fois la cause de votre inquiétude découverte, il est essentiel que le traitement soit suivi à la lettre, afin que vous ayez une meilleure qualité de vie. Le suivi psychologique peut apporter de nombreux résultats positifs dans le traitement des personnes agitées, en leur donnant une plus grande maîtrise de soi et en les laissant plus calmes et plus productifs.

Cependant face à cette maladie, le patient aura également besoin du soutien de sa famille. La santé psychique affecte considérablement les comportements. Les troubles du comportement sont souvent incompris par la famille ce qui met le malade dans l’incompréhension. Il est donc important que toute la famille ainsi que l’entourage acceptent qu’il s’agisse bel et bien d’une maladie mentale. Il est fréquent que les personnes victimes de violence par le malade ne le négligent. Cette situation abouti souvent à une dépression ce qui risque d’aggraver encore plus son état.

Adoptez une vie saine grâce à ces 5 conseils
Comment maintenir l’équilibre émotionnel ?