Quels sont les bienfaits du yoga prénatal ?

yoga prénatal

Le yoga prénatal désigne une branche spécifique du yoga adaptée à un état particulier, celui de la grossesse. Son but est de rechercher et de trouver l’équilibre et l’harmonie entre le corps, le souffle et le mental. Le travail spécifique sur le corps et le mental permet aux femmes enceintes d’appréhender dans le confort et la sérénité les transformations physiques et la fluctuation des émotions pendant les différents stades de leur grossesse. Par ailleurs, ses effets bénéfiques sur le bébé sont réels.

Une redécouverte de son corps pour mieux s’approprier les changements

Tout au long des 9 mois de gestation, le corps d’une femme enceinte se trouve en constante évolution tant sur le plan anatomique, physiologique et hormonal que sur le plan mental. En pratiquant cette activité, vous prenez progressivement conscience de votre physique. Après, vous vous familiarisez et finissez par approprier votre corps de future maman. Autrement dit, au lieu de se focaliser uniquement sur l’accouchement à venir, cette discipline attache plus d’importance à une préparation douce en misant sur son pouvoir délassant et apaisant.

En se basant sur la relaxation, ce sport se veut être une approche résolument sereine. Il vous apporte une aide précieuse dans l’apprivoisement de votre corps dans lequel grandit jour après jour un fœtus. Lors de chaque séance, vous êtes amené à faire un travail doux dans divers domaines pour vous permettre de trouver la paix et l’harmonie avec vous-même. Vous faites dans un premier temps un travail spécifique et progressif sur le tonus musculaire, l’ouverture du bassin et la souplesse. Puis, vous pratiquez des exercices variés afin d’assimiler les bonnes techniques de respiration au cours de l’accouchement.

Enfin, vous recevez un accompagnement personnalisé selon vos symptômes. Vous attendez un bébé et cette activité vous tente ? Rendez-vous sur le site yay-yoga.com pour bénéficier de l’accompagnement de professeurs formés et certifiés.

Un renouvellement énergétique pour lutter contre les maux de la grossesse

Les chamboulements physiques, émotionnels et psychologiques que vous traversez tout au long de votre grossesse demandent de la détente pour que cette période se déroule le mieux possible. Par ailleurs, vous allez avoir un besoin accru d’« énergie vitale », tant pour vous que pour votre enfant. Contrairement aux idées reçues, cela ne signifie pas du tout que vous devez rester alitée pendant la durée de votre grossesse (sauf recommandation médicale pour des raisons précises). La pratique de ce sport doux va vous aider à revitaliser votre corps. Ensuite, vous apprenez à canaliser et augmenter votre énergie en effectuant différents exercices ou « asanas » et postures ou « pranayama ».

Cette activité va vous permettre de maintenir votre corps tonique pour résister aux nombreuses transformations physiques et mieux encaisser les douleurs le cas échéant. En effet, la majorité des femmes enceintes se laisse entraîner vers l’avant sous le poids croissant de leur ventre et cambre le bas du dos. Ce qui entraîne inévitablement des douleurs aux lombaires et au dos. Avec des exercices et des postures spécifiques, vous avez la possibilité de retrouver une grande partie de la mobilité en libérant votre colonne vertébrale. De même, ils vous aident à remédier aux problèmes de circulation sanguine et de retour veineux défaillant consécutifs à la prise de poids.

Une gestion efficace du mental pour bénéficier de plus de calme et de sérénité

Les vertus de la pratique de ce sport ne se limitent pas uniquement au corps. Il est également bon sur l’état psychique. Pour cause, il se fixe comme premier objectif de canaliser les émotions et le mental. Concrètement, pendant les séances, vous vous entrainez à la maitrise de vos émotions et à l’acquisition d’un état de calme, mais aussi de confiance en vous et de sérénité. Cette discipline vous propose une large variété d’exercices comme les exercices de pranayama. Ce sont des outils efficaces et puissants pour gérer en premier lieu le stress et les émotions liés à la grossesse, puis de lutter par la suite contre la fatigue et l’épuisement intellectuel.

En vous exerçant assidument durant votre grossesse, vous arrivez à accepter plus facilement toutes les modifications de votre corps et à gérer efficacement les fluctuations de vos émotions à cause des variations hormonales. De ce fait, en plus d’une préparation physique adéquate, vous bénéficiez d’un accompagnement idéal sur le plan psychique. L’entraînement comprend un travail sur les émotions pour vous aider à solutionner vous-même vos éventuelles angoisses et autres questionnements. De plus, vous êtes amené à travailler sur le stress et la douleur. Ainsi, vous acceptez avec philosophie le déroulement des évènements et êtes préparé à percevoir différemment les sensations physiques auxquelles vous êtes ou serez confronté.

Une grossesse harmonieuse pour avoir un bébé en forme et un accouchement facile

Cette activité de bien-être n’est pas seulement bénéfique pour la femme enceinte. Elle l’est également pour son bébé. Pour preuve, votre enfant profite d’une plus grande place dans votre ventre pour se mouvoir et se développer grâce à une meilleure ouverture de votre cage thoracique. En plus, les exercices de respiration vous permettent d’avoir une « énergie vitale » beaucoup plus puissante qui se déteint sur le fœtus. En général, votre grossesse sera harmonieuse et votre enfant en bonne santé. De même, le calme et la sérénité que vous procure votre entrainement favorisent grandement le développement du fœtus et subliment la relation mère-enfant après votre accouchement.

Par ailleurs, ce sport présente plusieurs avantages le jour de la naissance de votre enfant. Tout d’abord, vous et votre bébé bénéficiez d’une meilleure oxygénation pendant le travail. La détente respiratoire que vous avez apprise pendant la grossesse va contribuer à diminuer autant que possible la longueur des contractions. Cela simplifie la poussée aussi (« démoulage » sans forcer sur l’ensemble de votre utérus) et le retour au calme. Même après l’accouchement, il est possible de repositionner et de tonifier facilement le bassin et le périnée. Ce qui contribue à améliorer le transit, la circulation, etc. Vous avez alors plus confiance en votre corps et ses capacités de récupération.

Les précautions à prendre pour ne profiter que des bienfaits de ce sport

Ainsi, les bienfaits de la pratique de ce sport sont multiples pour une future maman. Toutefois, avant de commencer, il faut prendre en compte quelques aspects. En premier lieu, demandez l’avis de votre médecin. En effet, dans certains cas de grossesse à risques, ce sport n’est pas recommandé.

Par ailleurs, comme il existe de nombreuses postures à éviter, il vaut mieux suivre un cours qui est réellement dédié aux femmes enceintes. Pour cela, rendez-vous auprès d’une salle de sport qui propose ce type d’activité spécifique ou faites venir chez vous un professionnel certifié. La première option est plus avantageuse, car cela vous permet de rencontrer d’autres femmes enceintes et pratiquer l’activité avec elles. Cela sera bénéfique non seulement pour votre physique, mais aussi pour votre moral.

Si vous souhaitez pratiquer cette activité sans l’aide d’un professionnel, il faut éviter les postures sur le ventre. Les postures longues sur le dos sont également à éviter. Cela compresse en effet votre nerf et peut engendrer des malaises. Quand vous vous mettez dans de telles postures, l’idéal est de surélever vos deux pieds.

Les postures engendrant une ceinture abdominale forte sont également à éviter. Ainsi, si vous avez déjà l’habitude de faire ce sport chez vous, oubliez les abdominaux durant votre période de grossesse. Arrêtez aussi les torsions, les flexions ainsi que les postures cambrées. Puis, comme votre bébé a constamment besoin d’oxygène, il faut également éviter les rétentions de respiration. Il en est de même pour les postures inversées. Celles-ci ne conviennent pas du tout pour les femmes enceintes.

Vous vous demandez peut-être ce qu’il vous reste en enlevant toutes ces postures. Rassurez-vous, les possibilités sont nombreuses. La position du papillon, par exemple, est bien adaptée durant la grossesse. La posture de la vache et du chat convient aussi. Vous avez également la position de l’enfant. À la fin de la séance, la posture dite shavasana procure détente avant votre quatrième mois de grossesse. Après cela, elle devient inconfortable, et de ce fait, n’est plus recommandée.


Comment être en bonne santé et le rester ?
Qu’est-ce que le regroupement de crédits ?